Dénonciation d'un crime contre l'humanité

mercredi 29 octobre 2014

Journal

Le 29/10/2014 , 19 heures 05 . - pression de radiation intense - le courant induit provoque des contractures musculaires - douleurs musculaires au niveau du dos -

champ laser

En présence d’un champ laser, de fréquence infrarouge ou visible, dont l’éclairement (on parle aussi d’intensité) est dans la gamme 1013-1016W/cm2, le potentiel de cœur dans lequel sont liés les états de valence sont fortement perturbés. Un électron, initialement dans une orbitale de valence, peut quitter la région de cœur, et l’atome ou la molécule s’ioniser, par effet tunnel (étape 1).

( source : iramis.cea )


En d'autres termes : en présence d'un laser intense sur les atomes ou molécules, les interactions moléculaires sont intensément perturbées.


Qu'elle est la différence entre une cellule et une molécule ?

En physique : une cellule est un organisme vivant constitué d'un grand nombre de molécules. Une molécule est un assemblage d'atomes et c'est l'élément le plus petit possible d'un corps chimique.
( source : fr.answers )

mardi 28 octobre 2014

Guide d'onde

Un guide d'onde est un système qui sert à guider les ondes électromagnétiques ou les ondes acoustiques, pour les maintenir confinées dans un milieu particulier, sur une certaine distance.
( source : Wikipédia )

Femtochimie

La femtochimie est la science qui s'intéresse aux réactions chimiques sur des échelles de temps extrêmement courtes, de l'ordre de 10-15 secondes (c'est-à-dire une femtoseconde, d'où le nom de cette science).

En 1999, Ahmed H. Zewail a reçu le prix Nobel de chimie pour ses travaux précurseurs dans le domaine.

La méthode d'étude de Zewail utilise des impulsions de lumière laser de quelques femtosecondes de durée — une femtoseconde est égale à un millionième de milliardième de seconde (0,000000000000001 seconde ou 10-15 seconde) —, on la nomme aussi la méthode « pompe-sonde ».

Elle repose sur le principe suivant : une première impulsion de courte durée est envoyée sur les molécules pour amorcer une réaction chimique ; elle donne le temps zéro de l'expérience. Une seconde impulsion en retard sur la première d'une durée déterminée est envoyée sur le milieu où se déroule la réaction.

Cette deuxième impulsion permet d'enregistrer les spectres d'absorption des espèces chimiques transitoires durant la période de formation ou de rupture des liaisons.

( source : Wikipédia )

Exposition constante aux rayonnements optiques artificiels des personnes ciblées ! Santé et sécurité en péril

La lumière est à la fois une onde électromagnétique et un flux de particules énergétiques, les photons. Cette double nature confère à la lumière des propriétés particulières : elle peut interagir avec la matière et se propager.

Les rayonnements optiques sont caractérisés par leur longueur d’onde. Les couleurs correspondent à une longueur d’onde. L’œil humain est adapté à la perception de la lumière dans la partie visible (longueurs d’onde de 400 nm à 780 nm).

Le soleil émet une lumière blanche caractérisée par des rayonnements dans le visible, mais le rayonnement solaire contient aussi des rayonnements ultraviolets (UV) etinfrarouges (IR).
( source : inrs )

Un laser (acronyme de l'anglais « Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation », en français : « amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement ») est un appareil qui produit une lumière spatialement et temporellement cohérente basée sur l'effet laser.  

Un laser femtoseconde est un type de laser particulier qui produit des impulsions ultra-courtes dont la durée est de l'ordre de quelques femtosecondes à quelques centaines de femtosecondes (1 femtoseconde = 1 fs = 10-15 seconde). Ce type de laser est largement étudié et utilisé en recherche, dans l'industrie et dans le domaine des applications biomédicales.
( source : Wikipédia )


C'est ce type de rayonnements optiques artificiels qui est à la base de toutes les souffrances physiques et psychologiques des personnes ciblées. L'exposition constante à ces rayonnements optiques perturbe gravement le système nerveux, le système respiratoire et le système cardiaque.

dimanche 26 octobre 2014

Courants de Foucault

On appelle courants de Foucault les courants électriques créés dans une masse conductrice, soit par la variation au cours du temps d'un champ magnétique extérieur traversant ce milieu (le flux du champ à travers le milieu), soit par un déplacement de cette masse dans un champ magnétique constant. Ils sont une conséquence de l'induction électromagnétique.
( source : Wikipédia )

- laser - onde acoustique - radio-fréquence -

( source : physique.ens-cachan )

samedi 25 octobre 2014

Journal

Le 25/10/2014 , 20 heures 20 . Aveuglement des nanosciences et nanotechnologies, actes cruels et immoraux .

mardi 21 octobre 2014

Journal

Le 21/10/2014 , 14 heures 03 . - pression de radiation très puissante -

samedi 18 octobre 2014

Résolution adoptée par l’Assemblée générale

[sans renvoi à une grande commission (A/55/L.2)]

55/2. Déclaration du Millénaire

L’Assemblée générale adopte la Déclaration suivante :

Déclaration du Millénaire

I. Valeurs et principes

Nous, chefs d’État et de gouvernement, nous sommes rassemblés au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York, du 6 au 8 septembre 2000, à l’aube d’un nouveau millénaire, pour réaffirmer notre foi dans l’Organisation et dans sa Charte, fondements indispensables d’un monde plus pacifique, plus prospère et plus juste.
Nous reconnaissons que, en plus des responsabilités propres que nous devons assumer à l’égard de nos sociétés respectives, nous sommes collectivement tenus de défendre, au niveau mondial, les principes de la dignité humaine, de l’égalité et de l’équité. En tant que dirigeants, nous avons donc des devoirs à l’égard de tous les citoyens du monde, en particulier les personnes les plus vulnérables, et tout spécialement les enfants, à qui l’avenir appartient.
Nous réaffirmons notre attachement aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, qui ont une valeur éternelle et universelle. En fait, leur pertinence et leur importance en tant que source d’inspiration se sont accrues avec la multiplication des liens et le renforcement de l’interdépendance entre les nations et les peuples.
Nous sommes résolus à instaurer une paix juste et durable dans le monde entier conformément aux buts et aux principes inscrits dans la Charte. Nous réaffirmons notre volonté de tout faire pour assurer l’égalité souveraine de tous les États, le respect de leur intégrité territoriale et de leur indépendance politique, le règlement des différends par des voies pacifiques et conformément aux principes de la justice et du droit international, le droit à l’autodétermination des peuples qui sont encore sous domination coloniale ou sous occupation étrangère, la non-ingérence dans les affaires intérieures des États, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, le respect de l’égalité des droits de tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion et une coopération internationale en vue du règlement des problèmes internationaux à caractère économique, social, culturel ou humanitaire.
Nous sommes convaincus que le principal défi que nous devons relever aujourd’hui est de faire en sorte que la mondialisation devienne une force positive pour l’humanité tout entière. Car, si elle offre des possibilités immenses, à l’heure actuelle ses bienfaits sont très inégalement répartis, de même que les charges qu’elle impose. Nous reconnaissons que les pays en développement et les pays en transition doivent surmonter des difficultés particulières pour faire face à ce défi majeur. La mondialisation ne sera donc profitable à tous, de façon équitable, que si un effort important et soutenu est consenti pour bâtir un avenir commun fondé sur la condition que nous partageons en tant qu’êtres humains, dans toute sa diversité. Cet effort doit produire des politiques et des mesures, à l’échelon mondial, qui correspondent aux besoins des pays en développement et des pays en transition et sont formulées et appliquées avec leur participation effective.
Nous estimons que certaines valeurs fondamentales doivent sous-tendre les relations internationales au XXIe siècle, à savoir :
  • La liberté. Les hommes et les femmes ont le droit de vivre et d’élever leurs enfants dans la dignité, à l’abri de la faim et sans craindre la violence, l’oppression ou l’injustice. C’est un mode de gouvernance démocratique des affaires publiques, fondé sur la volonté et la participation des populations, qui permet le mieux de garantir ces droits.
  • L’égalité. Aucune personne, aucune nation ne doit être privée des bienfaits du développement. L’égalité des droits et des chances des femmes et des hommes doit être assurée.
  • La solidarité. Les problèmes mondiaux doivent être gérés multilatéralement et de telle façon que les coûts et les charges soient justement répartis conformément aux principes fondamentaux de l’équité et de la justice sociale. Ceux qui souffrent ou qui sont particulièrement défavorisés méritent une aide de la part des privilégiés.
  • La tolérance. Les êtres humains doivent se respecter mutuellement dans toute la diversité de leurs croyances, de leurs cultures et de leurs langues. Les différences qui existent au sein des sociétés et entre les sociétés ne devraient pas être redoutées ni réprimées, mais vénérées en tant que bien précieux de l’humanité. Il faudrait promouvoir activement une culture de paix et le dialogue entre toutes les civilisations.
  • Le respect de la nature. Il convient de faire preuve de prudence dans la gestion de toutes les espèces vivantes et de toutes les ressources naturelles, conformément aux préceptes du développement durable. C’est à cette condition que les richesses incommensurables que la nature nous offre pourront être préservées et léguées à nos descendants. Les modes de production et de consommation qui ne sont pas viables à l’heure actuelle doivent être modifiés, dans l’intérêt de notre bien-être futur et dans celui de nos descendants.
  • Le partage des responsabilités. La responsabilité de la gestion, à l’échelle mondiale, du développement économique et social, ainsi que des menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité internationales, doit être partagée entre toutes les nations du monde et devrait être exercée dans un cadre multilatéral. étant l’organisation la plus universelle et la plus représentative qui existe dans le monde, l'Organisation des Nations Unies a un rôle central à jouer à cet égard.
Pour traduire ces valeurs communes en actes, nous avons défini des objectifs auxquels nous attachons une importance particulière.

II. Paix, sécurité et désarmement

Nous n’épargnerons aucun effort pour délivrer nos peuples du fléau de la guerre, qu’il s’agisse des guerres civiles ou des guerres entre États, qui ont coûté la vie à plus de cinq millions de personnes au cours de la dernière décennie. Nous nous efforcerons également d’éliminer les dangers posés par les armes de destruction massive.
Nous décidons par conséquent :
  • De mieux faire respecter la primauté du droit dans les affaires tant internationales que nationales, et en particulier de veiller à ce que les États Membres appliquent les règles et les décisions de la Cour internationale de Justice, conformément à la Charte des Nations Unies, dans les litiges auxquels ils sont parties.
  • D’accroître l’efficacité de l'Organisation des Nations Unies dans le maintien de la paix et de la sécurité, en lui donnant les moyens et les outils dont elle a besoin pour mieux assurer la prévention des conflits, le règlement pacifique des différends, le maintien de la paix, la consolidation de la paix et la reconstruction après les conflits. à ce sujet, nous prenons acte du rapport du Groupe d’étude sur les opérations de paix de l'Organisation des Nations Unies, dont nous prions l’Assemblée générale d’examiner promptement les recommandations.
  • De renforcer la coopération entre l'Organisation des Nations Unies et les organisations régionales conformément aux dispositions du Chapitre VIII de la Charte.
  • De faire appliquer par les États parties les traités conclus dans des domaines tels que la maîtrise des armements et le désarmement, ainsi que le droit international humanitaire et le droit relatif aux droits de l’homme, et de demander à tous les États d’envisager de signer et de ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.
  • De prendre des mesures concertées pour lutter contre le terrorisme international et d’adhérer dès que possible à toutes les conventions internationales pertinentes.
  • De redoubler d’efforts dans l’accomplissement de notre engagement à lutter contre le problème mondial de la drogue.
  • D’intensifier la lutte que nous menons contre la criminalité transnationale dans toutes ses dimensions, y compris la traite des êtres humains, leur acheminement clandestin à travers les frontières et le blanchiment de l’argent sale.
  • De réduire autant que possible les effets néfastes que les sanctions économiques imposées par l'Organisation des Nations Unies peuvent avoir sur les populations innocentes, de soumettre les régimes de sanctions à des examens périodiques et d’éliminer les effets préjudiciables des sanctions sur les tiers.
  • De travailler à l’élimination des armes de destruction massive, notamment les armes nucléaires, et de n’écarter aucune solution possible pour parvenir à cet objectif, notamment en ce qui concerne la convocation éventuelle d’une conférence internationale pour définir les moyens d’éliminer les dangers nucléaires.
  • De prendre des mesures concertées pour mettre fin au trafic d’armes légères, notamment en rendant les transferts d’armes plus transparents et en encourageant l’adoption de mesures de désarmement au niveau régional, compte tenu de toutes les recommandations de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères.
  • D’inviter tous les États à envisager d’adhérer à la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, ainsi qu’au Protocole modifié relatif aux mines se rapportant à la Convention sur les armes classiques.
Nous demandons instamment à tous les États Membres d’observer la trêve olympique, individuellement et collectivement, dans le présent et à l’avenir, et de soutenir les efforts que le Comité international olympique déploie pour promouvoir la paix et la compréhension entre les hommes par le sport et l’idéal olympique.

III. Développement et élimination de la pauvreté

Nous ne ménagerons aucun effort pour délivrer nos semblables – hommes, femmes et enfants – de la misère, phénomène abject et déshumanisant qui touche actuellement plus d’un milliard de personnes. Nous sommes résolus à faire du droit au développement une réalité pour tous et à mettre l’humanité entière à l’abri du besoin.
En conséquence, nous décidons de créer – aux niveaux tant national que mondial – un climat propice au développement et à l’élimination de la pauvreté.
La réalisation de ces objectifs suppose, entre autres, une bonne gouvernance dans chaque pays. Elle suppose aussi une bonne gouvernance sur le plan international, et la transparence des systèmes financier, monétaire et commercial. Nous sommes résolus à mettre en place un système commercial et financier multilatéral ouvert, équitable, fondé sur le droit, prévisible et non discriminatoire.
Nous sommes préoccupés par les obstacles auxquels se heurtent les pays en développement dans la mobilisation des ressources nécessaires pour financer leur développement durable. Nous ferons donc tout pour assurer le succès de la Réunion intergouvernementale de haut niveau chargée d'examiner la question du financement du développement à l'échelon intergouvernemental, qui doit se tenir en 2001.
Nous nous engageons également à prendre en compte les besoins particuliers des pays les moins avancés. à cet égard, nous nous félicitons de la convocation en mai 2001 de la troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés et nous nous efforcerons d’en assurer le succès. Nous demandons aux pays industrialisés :
  • D’adopter, de préférence avant la Conférence, une politique d’admission en franchise et hors quota pour la quasi-totalité des produits exportés par les pays les moins avancés.
  • D’appliquer sans plus de retard le programme renforcé d’allégement de la dette des pays pauvres très endettés et de convenir d’annuler toutes les dettes publiques bilatérales contractées par ces pays s’ils démontrent en contrepartie leur volonté de lutter contre la pauvreté.
  • D’accorder une aide au développement plus généreuse, notamment aux pays qui font un effort sincère pour appliquer leurs ressources à la réduction de la pauvreté.
Nous sommes également résolus à appréhender de façon globale et effective le problème de la dette des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, grâce à diverses mesures d’ordre national et international propres à rendre leur endettement viable à long terme.
Nous décidons également de répondre aux besoins particuliers des petits États insulaires en développement en appliquant, rapidement et intégralement le Programme d’action de la Barbade et les conclusions de la vingt-deuxième session extraordinaire de l’Assemblée générale. Nous demandons instamment à la communauté internationale de veiller à ce que, dans la mise au point d’un indice de vulnérabilité, les besoins particuliers des petits États insulaires en développement soient pris en compte.
Nous sommes conscients des besoins et problèmes particuliers des pays en développement sans littoral, et demandons instamment aux donateurs tant bilatéraux que multilatéraux d’accroître leur aide financière et technique à ce groupe de pays pour les aider à satisfaire leurs besoins particuliers de développement et à surmonter les obstacles géographiques en améliorant leurs systèmes de transport en transit.
Nous décidons également :
  • De réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population mondiale dont le revenu est inférieur à un dollar par jour et celle des personnes qui souffrent de la faim et de réduire de moitié, d’ici à la même date, la proportion des personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable ou qui n’ont pas les moyens de s’en procurer.
  • Que, d’ici à la même date, les enfants partout dans le monde, garçons et filles, seront en mesure d’achever un cycle complet d’études primaires et que les filles et les garçons auront à égalité accès à tous les niveaux d’éducation.
  • Que, à ce moment, nous aurons réduit de trois quarts la mortalité maternelle et de deux tiers la mortalité des enfants de moins de 5 ans par rapport aux taux actuels.
  • Que, d’ici là, nous aurons arrêté la propagation du VIH/sida, et commencé à inverser la tendance actuelle, et que nous aurons maîtrisé le fléau du paludisme et des autres grandes maladies qui affligent l’humanité.
  • D’apporter une assistance spéciale aux orphelins du VIH/sida.
  • Que, d’ici à 2020, nous aurons réussi à améliorer sensiblement la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis, conformément à l’initiative « Villes sans taudis ni bidonvilles ».
Nous décidons en outre :
  • De promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, en tant que moyen efficace de combattre la pauvreté, la faim et la maladie, et de promouvoir un développement réellement durable.
  • De formuler et d’appliquer des stratégies qui donnent aux jeunes partout dans le monde une chance réelle de trouver un travail décent et utile.
  • D’encourager l’industrie pharmaceutique à rendre les médicaments essentiels plus largement disponibles et abordables pour tous ceux qui en ont besoin dans les pays en développement.
  • D’établir des partenariats solides avec le secteur privé et les organisations de la société civile en vue de promouvoir le développement et d’éliminer la pauvreté.
  • De faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et de la communication, soient accordés à tous, conformément aux recommandations contenues dans la Déclaration ministérielle du Conseil économique et social de 2000.

IV. Protéger notre environnement commun

Nous ne devons épargner aucun effort pour éviter à l’ensemble de l’humanité, et surtout à nos enfants et petits-enfants, d’avoir à vivre sur une planète irrémédiablement dégradée par les activités humaines et dont les ressources ne peuvent plus répondre à leurs besoins.
Nous réaffirmons notre soutien aux principes du développement durable énoncés dans Action 21, qui ont été adoptés lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement.
Nous décidons, par conséquent, d’adopter dans toutes nos actions ayant trait à l’environnement une nouvelle éthique de conservation et de sauvegarde, et convenons de commencer par prendre les mesures suivantes :
  • Ne ménager aucun effort pour que le Protocole de Kyoto entre en vigueur de préférence avant le dixième anniversaire de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement en 2002, et commencer à appliquer les réductions prescrites des émissions des gaz à effet de serre.
  • Intensifier notre action commune pour la gestion, la préservation et le développement durable de tous les types de forêt.
  • Insister sur l’application intégrale de la Convention sur la diversité biologique et de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, en particulier en Afrique.
  • Mettre fin à l’exploitation irrationnelle des ressources en eau, en formulant des stratégies de gestion de l’eau aux niveaux régional, national et local, permettant notamment d’assurer aussi bien un accès équitable qu’un approvisionnement adéquat.
  • Intensifier la coopération en vue de réduire le nombre et les effets des catastrophes naturelles et des catastrophes dues à l’homme.
  • Assurer le libre accès à l’information relative au génome humain.

V. Droits de l’homme, démocratie et bonne gouvernance

Nous n’épargnerons aucun effort pour promouvoir la démocratie et renforcer l’État de droit, ainsi que le respect de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales reconnus sur le plan international, y compris le droit au développement.
Nous décidons par conséquent :
  • De respecter et de faire appliquer intégralement la Déclaration universelle des droits de l’homme.
  • De chercher à assurer, dans tous les pays, la promotion et la protection intégrale des droits civils et des droits politiques, économiques, sociaux et culturels de chacun.
  • De renforcer, dans tous les pays, les capacités nécessaires pour appliquer les principes et pratiques de la démocratie et du respect des droits de l’homme, y compris les droits des minorités.
  • De lutter contre toutes les formes de violence contre les femmes et d’appliquer la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.
  • De prendre des mesures pour assurer le respect et la protection des droits fondamentaux des migrants, des travailleurs migrants et de leur famille, pour mettre fin aux actes de racisme et de xénophobie dont le nombre ne cesse de croître dans de nombreuses sociétés et pour promouvoir une plus grande harmonie et une plus grande tolérance dans toutes les sociétés.
  • De travailler ensemble à l’adoption dans tous les pays de processus politiques plus égalitaires, qui permettent la participation effective de tous les citoyens à la vie politique.
  • D’assurer le droit des médias de jouer leur rôle essentiel et le droit du public à l’information.

VI. Protéger les groupes vulnérables

Nous n’épargnerons aucun effort pour faire en sorte que les enfants et toutes les populations civiles qui souffrent de façon disproportionnée des conséquences des catastrophes naturelles, d’actes de génocide, des conflits armés et autres situations d’urgence humanitaire bénéficient de l’assistance et de la protection requises pour pouvoir reprendre au plus vite une vie normale.
Nous décidons par conséquent :
  • D’élargir et de renforcer la protection des civils dans les situations d’urgence complexes, conformément au droit international humanitaire.
  • De renforcer la coopération internationale, y compris en partageant le fardeau des pays qui accueillent des réfugiés et en coordonnant l’assistance humanitaire, d’aider tous les réfugiés et toutes les personnes déplacées à rentrer volontairement chez eux, en toute sécurité et dignité, et à se réinsérer harmonieusement dans la société à laquelle ils appartiennent.
  • D’encourager la ratification et la mise en œuvre intégrale de la Convention relative aux droits de l’enfant, ainsi que de ses protocoles facultatifs concernant l'implication d’enfants dans les conflits armés et la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants.

VII. Répondre aux besoins spéciaux de l’Afrique

Nous soutiendrons la consolidation de la démocratie en Afrique et aiderons les Africains dans la lutte qu’ils mènent pour instaurer une paix et un développement durables et éliminer la pauvreté, afin d’intégrer le continent africain dans l’économie mondiale.
Nous décidons par conséquent :
  • D’appuyer pleinement les structures politiques et institutionnelles des démocraties naissantes en Afrique.
  • D’encourager et de soutenir les mécanismes régionaux et sous-régionaux de prévention des conflits et de promotion de la stabilité politique, et d’assurer un financement régulier aux opérations de maintien de la paix menées sur le continent.
  • De prendre des mesures spéciales pour relever les défis que sont l’élimination de la pauvreté et la réalisation du développement durable en Afrique, y compris l’annulation de la dette, l’amélioration de l’accès aux marchés, l’accroissement de l’aide publique au développement et des flux d’investissement étrangers directs, ainsi que des transferts de technologie.
  • D’aider l’Afrique à se doter des capacités voulues pour freiner la propagation de la pandémie du VIH/sida et d’autres maladies infectieuses.

VIII. Renforcer l’Organisation des Nations Unies

Nous n’épargnerons aucun effort pour faire de l’Organisation des Nations Unies un instrument plus efficace aux fins de la réalisation des objectifs prioritaires suivants: la lutte pour le développement de tous les peuples du monde, la lutte contre la pauvreté, l’ignorance et la maladie, la lutte contre l’injustice, la lutte contre la violence, la terreur et la criminalité et la lutte contre la dégradation et la destruction de notre planète.
Nous décidons par conséquent :
  • De réaffirmer le rôle central de l’Assemblée générale en tant que principal organe délibérant et représentatif de l’Organisation des Nations Unies, et de lui permettre de s’en acquitter efficacement.
  • De redoubler d’efforts pour réformer les procédures du Conseil de sécurité sous tous leurs aspects.
  • De renforcer encore le Conseil économique et social, en faisant fond sur ses récents succès, afin qu’il puisse être en mesure de remplir le rôle qui lui est confié dans la Charte.
  • De renforcer la Cour internationale de Justice, afin d’assurer la justice et le régime du droit dans les affaires internationales.
  • D’encourager des consultations et une coordination régulières entre les principaux organes des Nations Unies dans l’exercice de leurs fonctions.
  • De faire en sorte que l’Organisation dispose, en temps voulu et de façon prévisible, des ressources nécessaires pour s’acquitter de ses mandats.
  • D’inviter instamment le Secrétariat à utiliser au mieux ces ressources, conformément aux règles et procédures clairement établies par l’Assemblée générale, dans l’intérêt de tous les États Membres, en adoptant les meilleures méthodes de gestion, en utilisant les meilleures technologies disponibles et en concentrant ses efforts sur les activités qui reflètent les priorités dont sont convenus les États Membres.
  • De favoriser le respect de la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé.
  • De garantir une plus grande cohérence des politiques et d’améliorer la coopération entre l’Organisation des Nations Unies, ses organismes, les institutions de Bretton Woods et l’Organisation mondiale du commerce, ainsi que d’autres organismes multilatéraux, afin de suivre une démarche pleinement coordonnée vis-à-vis des problèmes de paix et de développement.
  • De renforcer davantage la coopération entre l’Organisation des Nations Unies et les parlements nationaux, représentés par leur organisation mondiale, l’Union interparlementaire, dans divers domaines, notamment la paix et la sécurité, le développement économique et social, le droit international et les droits de l’homme, la démocratie et la parité entre les sexes.
  • De donner au secteur privé, aux organisations non gouvernementales et à la société civile en général la possibilité de contribuer davantage à la réalisation des objectifs et programmes de l’Organisation.
Nous demandons à l’Assemblée générale d’examiner de façon régulière les progrès accomplis dans la mise en œuvre des dispositions de la présente Déclaration et prions le Secrétaire général de faire publier des rapports périodiques, pour examen par l’Assemblée générale et suite à donner.
Nous réaffirmons solennellement, en cette occasion historique, que l’Organisation des Nations Unies est le lieu de rassemblement indispensable de l’humanité tout entière où nous nous efforçons de concrétiser nos aspirations universelles à la paix, à la coopération et au développement. Nous nous engageons donc à accorder un soutien indéfectible à la réalisation de ces objectifs communs et nous nous déclarons résolus à les atteindre.
8e séance plénière
8 septembre 2000
-----

micropilier laser

Extrait

Il est bien connu dans les livres de neurophysiologie que les neurones sont des systèmes biologiques excitables qui possèdent une période réfractaire absolue et relative. Ce sont ces propriétés qui confèrent au neurone des capacité de transport de l'influx nerveux et de traitement de l'information. La propriété d'excitabilité est une propriété générique que l'on retrouve dans des systèmes chimiques, électroniques et optiques. Un système excitable possède un état de repos. Si on le perturbe au delà d'un certain seuil avec une perturbation simple, il émet une impulsion de forme caractéristique (lumineuse en optique, électrique dans les neurones). Si on le perturbe avec deux impulsions successives, soit il répond en émettant deux impulsions identiques si les impulsions de perturbation sont bien séparées temporellement ; soit il répond avec une seule impulsion si la seconde perturbation arrive trop tôt après la première (on parle de période réfractaire absolue) ; soit, dans un régime intermédiaire (période réfractaire relative), il est possible mais plus plus difficile de le perturber et de le faire émettre une seconde impulsion et la réponse à la seconde perturbation est inhibée (plus petite).

Nous avons montré [1] qu'un micropilier laser possède ces trois propriétés, et en particulier pour la première fois mis en évidence une période réfractaire relative. Cela montre que ce système se comporte de façon analogue à un neurone mais avec des échelles de temps beaucoup plus rapides (sub-nanoseconde contre milliseconde). Outre que la période réfractaire est très importante pour la propagation unidirectionnelle d'ondes excitables (influx nerveux dans les nerfs) , l'existence d'une période réfractaire relative prouve que le système garde une mémoire de son état antérieur et que le seuil excitable n'est pas une constante du système.

( source : lpn.cnrs )

Le système nerveux . Influx nerveux


La cellule de base du système nerveux est le neurone.
Il a la fonction de transmettre l'influx nerveux.
1
Il existe une différence de potentiel entre l'intérieur et l'extérieur de la membrane de l’axone du neurone, responsable de l’influs nerveux.

- I -
Au repos

L'intérieur de la membrane est négatif
et l'extérieur est positif.
La différence de potentiel mesure : -70 mV.
2

- II -
Dépolarisation


Lorsque les ions Na+   entrent dans le neurone.
L'intérieur devient momentanément Positif
et l'extérieur devient négatif. 
Il y a une dépolarisation .
L'influx nerveux se propage.
3

- III -
Repolarisation

1 milliseconde après :

La membrane devient imperméable au Na+.
Et perméable au K+
Le Ksort de la cellule. 
Il y a repolarisation.
4

- IV -
Propagation de l'influs nerveux

Cette inversion momentanée
se propage tout le long du neurone
comme un effet domino. 
5
L’influx nerveux est plus rapidesi l'axone est isolé par de la myéline distribuée en manchons autour de l'axone.Conduction saltatoire ( par sauts).

- V -
Sens de la propagation de l'influx nerveux

L'influx nerveux se propage toujours dans le sens suivant :
- des dendrites
- ou du corps cellulaire

- vers l'axone 
- et la terminaison axonale
- puis les boutons terminaux
6
7
8
9

10
11

- VI -
Propagation de l’influx nerveux au niveau des synapses chimiques

A l'arrivée de l'influx nerveux au niveau des boutons terminaux de l’axone.
Des vésicules se brisent et libèrent des neurotransmetteurs. 
Qui s'échappent du premier neurone pour se lier  à la membrane du deuxième neurone. 
Cette liaison provoque à son tour un influx nerveux qui se propage le long du deuxième neurone.
 
12
13
14
15


 ( source : associationpourlasanteetlenvironnement.skynetblogs )


Le courant induit, dû au système à énergie dirigée, provoque sans cesse des potentiels d'action, c'est-à-dire des influx nerveux à répétition, le corps éprouve constamment des douleurs physiques et morales.

vendredi 17 octobre 2014

Journal

Le 17/10/2014 , 8 heures 30 . - ce matin vers 4 heures, " effet de type toxique " toux répétitive, irritation des voies respiratoires, étouffement, sensation de brûlure, durée 1 heure 30 environ -

jeudi 16 octobre 2014

Capture sonore












Capture sonore ( spectre ) avec microphone posé sur la peau

Date : 16/10/2014

Logiciel : Acquisonic

Projectile à énergie pulsée

Le Projectile à énergie pulsée (Pulsed Energy Projectile) ou PEP est une technologie d'arme non létale. Il utilise l'émission d'impulsions électromagnétiques générées par un laser qui, au contact de la cible, évaporent la surface et créent une petite quantité de plasma explosif ; il en résulte une onde de choc sonore qui assomme la cible tandis que l'impulsion électromagnétique affecte les cellules nerveuses et cause une sensation de douleur intense.

Le système a été développé par la Mission Research Corporation (actuellement propriété de Alliant Techsystems). Il utilise un laser chimique au fluorure de deutérium produisant des impulsions infrarouges. Le plasma (produit au début de l'impulsion) explose car ses électrons absorbent l'énergie du restant de l'impulsion du laser.

En 2003, un rapport militaire Américain confirmait que les radiations électromagnétiques générées par le PEP causaient de la douleur et une paralysie temporaire lors d'expériences sur des animaux.

Suite à une requête du Sunshine Project1, une organisation opposée à l'emploi de ces armes, il est apparu qu'en 2005 les forces armées américaines avaient commandé une étude2 pour déterminer les valeurs des paramètres maximisant la douleur provoquée par cette arme. Les chercheurs dans ce domaine ont été outrés que leurs recherches puissent être utilisées à ces fins. D'autres voix3 se sont élevées pour dénoncer que cette arme puisse être utilisée comme instrument de torture.

( source : Wikipédia )

différents types de laser

Ceci est une liste des différents types de lasers avec la longueur d'onde sur laquelle ils opèrent et leurs applications.

















Pulvérulent  

Les pulvérulents sont des poudres ou des produits se réduisant facilement en poudre.

( source : Wikipédia )

mercredi 15 octobre 2014

Charte de déontologie - Ineris




Pour faire suite aux demandes du MEDD, puis de l'ADEME et des AASQA, l'INERIS a conduit de 1996 à 2001 un programme d'étude sur les appareils de mesure à long trajet optique de type LIDAR.

Lidar, sodar et radar fonctionnent sur le même principe

Lidar, sodar et radar fonctionnent sur le même principe : une onde émise par l'appareil est réfléchie par la cible. Le temps mis par l'onde pour effectuer son aller-retour indique la distance de la cible, la modification de l'onde retour renseigne sur sa taille, sa nature et sa vitesse (effet Doppler). Radar, lidar et sodar se différencient par la nature de l'onde émise : onde électromagnétique pour le radar, onde lumineuse pour le lidar et onde sonore pour le sodar.

SYNTHESE SCIENTIFIQUE DE LA CONFERENCE ILRC 2002

Extrait

La télédétection active


dimanche 12 octobre 2014

Message de Derrick Robinson



Absorption à deux photons

L'absorption à deux photons (ADP) est l'absorption simultanée de deux photons de fréquences identiques ou différentes dans le but d'exciter une molécule dans un état donné (habituellement, l'état fondamental) à un état électronique de plus haute énergie.

( source : Wikipédia )

Ultrasons laser

Extrait

Cette technique récente repose sur un dispositif expérimental optique pompe-sonde utilisant des impulsions lasers ultra-brèves (fs) permettant de générer des ondes acoustiques de très hautes
fréquences (GHz) et donc de très petites longueurs d’onde (nm).
( source : sfa.asso )

samedi 11 octobre 2014

Détecteur

Un détecteur optique est formé d'une association de matériaux dit « semi-conducteurs » dont la fonction est de convertir les photons, c'est à dire la lumière, en courant électrique. Ce type de dispositif porte le nom de photodiode ou photo-détecteur.

L'absorption d'un photon crée un courant électrique mesurable (apparition d'une paire électron-trou).

Le détecteur est le troisième élément indispensable dans les télécommunications optiques après le support de transmission (fibre) et la source (diode laser).

( source : unice )

Photon

La lumière peut être vue en termes corpusculaires où le rayonnement électromagnétique est composé de photons, chaque photon transportant une énergie. Le flux d'énergie est d'autant plus grand que le flux de photons est plus élevé. D'un point de vue ondulatoire, le rayonnement lumineux résulte de la propagation simultanée d'un champ électrique et d'un champ magnétique perpendiculaires entre eux et à la direction de propagation.

( source : unice )

Extrait

En parallèle de la génération d’ultrasons par effet piézoélectrique, on sait depuis A.G. Bell [5] que le son peut être généré avec de la lumière. La base de la physique des ultrasons lasers réside dans cette découverte : il est possible de générer par rayonnement laser des ondes acoustiques. Quarante ans plus tard, L. Brillouin [6] prédit que le son et la lumière peuvent interagir, la vérification
expérimentale de cette prédiction étant faite en 1930 par E. Gross. [7] Les ondes générées par laser peuvent alors aussi être détectées par laser.

( source : iramis.cea )