Dénonciation d'un crime contre l'humanité

jeudi 30 juin 2011

LES ARMES PSYCHOTRONIQUES

Il y a des circonstances évidentes qui suggèrent que des armes psychotroniques ont été mises au point pour contrôler des citoyens sans leur consentement. Les Etats-Unis sont à la pointe de ces expérimentations. De telles armes existent-elles déjà à Pine Gap et Nurrungar (bases australiennes), et si oui, est-ce dans l'intention d'être utilisées contre des contestataires qui voudraient exercer leur droit de manifester ?

La recherche sur l'utilisation des ondes électromagnétques en tant qu'armes pour déformer la perception humaine et générer des effets psychosomatiques négatifs commença après la fin de la 2° guerre mondiale. Quoique les services officiels américains aient prétendu que les soviétiques soient impliqués dans ce domaine, il est révélateur que les soviets aient proposé une interdiction totale de la guerre électromagnétique. Du matériel a déjà été expérimenté aux USA, sur des rats dans un premier temps, induisant successivement des nausées, des tumeurs et d'autres symptômes. Au sein de certains services de défense des USA, on a parlé des effets des fréquences sélectionnées pour différents usages opérationnels. En d'autres termes, les américains savent quelle fréquence utiliser pour obtenir une réaction précise sur certaines parties du cerveau humain.

Les Etats-Unis sont donc face au problème de l'expérimentation sur des êtres humains. On a prétendu que la Maison-Blanche refusait de donner son aval à des tests sur des humains. Pourtant, on sait que la Maison Blanche a accepté les tests, mais seulement sur des prisonniers et des étrangers.

Comment fonctionnent les armes psychotroniques

Dans les années soixante, la recherche sur les armes électroniques s'est scindée en deux domaines distincts. Le premier concerne l'action des armes agissant sur des fréquences de même nature que l'activité électrique du cerveau humain, soit 14 Hertz. Ces fréquences sont appelées ELF, d'après les lettres initiales de Extraordinarily Low Frequencies (Fréquences extrêmement basses).

On avait le projet d'induire des maladies en bouleversant les circuits électriques dans différentes zones du cerveau, ce qui générait nausées, affaiblissement, peur panique, et de l'inconscience à court terme, ainsi que de la dépression et d'autres symptômes à plus long terme. Le but était d'identifier quelle fréquence était appropriée pour n'importe quel type de réaction humaine. A l'issue du projet top-secret " Sleeping Beauty " (Beauté endormie) de l'administration Reagan, Le docteur Michaël Persinger - neurologue en chef du laboratoire de physiologie de l'Université de l'Ontario fut mandaté pour trouver les réponses. Utilisant les champs de variations temporelles de basse fréquence sur les niveaux extrêmement bas allant de 1 à 10 Hertz, Persinger était capable de rendre malade des rats.

Le champ ELF qu'il produisit stimulait la production d'histamine des cellules du cerveau, ce qui induisait une nausée immédiate. Des recherches approfondies sur les armes ELF furent poursuivies par Dr Elisabeth Rauscher, une physicienne nucléaire dirigeant le laboratoire de recherche technologique de San Leandro en Californie. Rauscher avait déjà identifié les effets de certaines fréquences spécifiques induisant non seulement de la nausée mais aussi de l'euphorie, par exemple. Dr Rauscher était enthousiaste : " Donnez-moi de l'argent et trois mois de délai " se vanta t-elle, " et je serais capable de modifier le comportement de 80% des habitants de cette ville sans qu'ils le sachent. Je les rendrais heureux ou tout au moins, ils se croiront heureux, ou bien, je les rendrais agressifs. "

Plus tard, en 1984, le capitaine Paul Tyler, un médecin de la marine américaine responsable de la recherche sur les effets des radiations sur les humains, exposa ses conclusions devant le centre universitaire aérospatial. Tyler confirma que " des effets biologiques précis pouvaient être atteints " à l'aide de champs électromagnétiques. Il ne cacha pas que de tels champs avaient déjà été identifiés pour un usage opérationnel. Mais apparemment, il restait à résoudre le problème de la puissance nécessaire pour transmettre les ondes ELF. Jusqu'ici, les milieux " underground " n'ont pas les preuves d'un usage hostile des ondes ELF contre la population.

Depuis plusieurs décades, y a des exemples de bombardements de zones précises aux USA et en Union soviétique par d'énormes transmetteurs d'ondes ELF. Ces zones sont si étendues que les chercheurs de " l'underground " n'a pas eu accès aux résultats des effets sur le long terme.

Contrairement aux ondes EHF (Fréquences Extrêmement Hautes) qui se reflètent sur les surfaces solides, les ondes ELF pénètrent des matières extrêmement denses, y compris le béton le plus résistant. Les moyens de défense contre ce type de radiations sont inconnus.

L'autre domaine de recherches sur les armes électroniques concerne les micro fréquences auxquelles on se réfère sous le nom de " Rempart de guerre micro-onde ". De telles armes agissent à l'opposé des ondes électromagnétiques Elf, c'est à dire sur des fréquences extrêmement élevées. Ces ondes sont utilisées ordinairement pour les radars et les fours à micro-ondes, par exemple. Le principal avantage des ondes EHF (Fréquences extrêmement hautes) sur les basses fréquences EFL, c'est que leur transmission s'opère en " ligne droite ", et qu'elles peuvent être dirigées facilement vers des cibles minuscules. En comparaison, les ondes Elf tendent à se disperser largement. Ces micro-ondes sont générés par un système appelé " Magnetron " dans lequel les électrons produits par échauffement dans un tube cathodique se déplacent grâce à une force qui combine un champ électrique et un champ magnétique. L'appareil cathodique est un cylindre creux dont l'extérieur est entouré d'émetteurs en barium et en oxyde de strontium. Disposé concentriquement autour du fuseau cathodique, il y a un large cylindre de courant anodique contenant une grand quantité de " cavités de résonance " sur la surface. Lorsqu'il se déclenche, le Magnétron produit un courant électrique radiant entre l'anode et la cathode, pendant que le champ magnétique est stimulé par la cathode. Le dispositif est scellé dans un espace sous vide. La puissance maximale d'émission est limitée par la taille du Magnétron utilisé, mais des recherches montrent que le plus puissant peut produire un courant micro-ondes de plus de dix million de watts par pulsation. Le rayon micro-onde qui est émis peut être concentré de la même façon qu'une lentille photographique du plus grand angle d'ouverture jusqu'au micro format et peut se focaliser sur un point infinitésimal. Le Magnétron n'est pas un appareil facilement transportable. Un Magnétron portable assez puissant pour toucher un large groupe de cobayes, nécessite un petit camion pour son transport.

Préjudices des armes électromagnétiques

Walter Bowart, l'auteur américain de " Opération Contrôle Mental ", affirme qu'en 1989, au moins un groupe de femmes anglaises ont servi de cobayes en étant exposées au " Rempart de guerre " de certaines sortes de rayons micro-onde EHF. Selon les dires de Bowart, ces expériences sur des non-américains sont couvertes par la Maison Blanche.

Cette affirmation de Bowart a reçu toute sa crédibilité depuis les expérimentations sauvages de contrôle mental effectuées par la CIA, qui furent appliquées par le célèbre psychiatre Ewen Cameron sur des canadiens de Montréal encore une fois, non citoyens des Etats-Unis, et par conséquent sacrifiables. Des symptômes spécifiques sont apparus chez des femmes anglaises qui ont été exposées à ces rayons lorsqu'elles manifestaient contre les armes nucléaires et les conséquences des déchets en Angleterre. Ces symptômes sont les suivants :

    1- Cycles mensuels irréguliers 2- Avortements 3- Problèmes gynécologiques 4- Brûlures de la rétine 5- Problèmes auditifs 6- Tumeurs de croissance rapide

À cette époque, les manifestantes s'étaient cantonnées de manière prolongée sous des tentes de camping, d'où elle furent irradiées sous un angle d'émission d'ondes sélectionné pour créer des préjudices sur le long terme plutôt que des effets graves et mortels à court terme.

Détecter les armes

Malheureusement pour ces femmes anglaises, il n'existe aucun appareil accessible au public pour détecter un bombardement psychotronique. En Australie, il existe un appareil chez Dick Smith sous le nom de " Détecteur de fuite micro-onde ". A l'origine, il était destiné à entourer le joint de caoutchouc des fours à micro-onde pour détecter les éventuelles fuites de radiations. Si une fuite était détectée, il fallait alors changer le joint de toute urgence. Le détecteur de fuite de micro-ondes est directionnel, et il est capable de capter une émission d'onde psychotronique aussi faible qu'un milliwatt par centimètre carré. Il est donc très sensible. Des recherches médicales aux Etats-Unis ont également démontré qu'une exposition soutenue à des fuites de faible intensité peuvent causer des problèmes sérieux aux yeux, comme la cataracte. Les recherches portèrent sur un groupe de femmes ayant été exposées à de telles fuites de micro-ondes sur des lieux de travail durant des mois. Pour chaque cas, le niveau de préjudice est proportionnel à la distance du four micro-onde d'où provient la fuite.

Dans le cas de ces manifestantes anglaises, Bowart suggéra qu'elles recouvrent leurs tentes de feuilles d'aluminium. Elles le firent et les effets cessèrent aussitôt. Au minimum de la protection possible, les rayonnements d'ondes psychotroniques peuvent être arrêtés de la même manière qu'une feuille pour la cuisson en aluminium placée sur un plat dans un four, et qui reflète les ondes en empêchant ainsi les aliments de cuire. Le fait que les micro-ondes cuisent les aliments à l'aide de vibrations agitant les molécules plutôt qu'en les chauffant, explique les préjudices occasionnés aux manifestantes anglaises.


Article de Joe Vialls pour le magazine New Dawn (GPO Box 3126 FF, Melbourne, 3001 Australia)

mercredi 29 juin 2011

Journal

Le 29/06/2011 , 8 heures 12 . La pression cutanée est extrême , cette pression stimule la sensibilité et l'émotion à l'extrême , s'y ajoute la pression acoustique qui est modulée de manière à stimuler l'ouïe , le cerveau subit en permanence ces influx nerveux .   

mardi 28 juin 2011

Un rayon sonore

Un rayon sonoreLa caractéristique principale du son est de se propager dans toutes les directions. Cependant, un inventeur a réussi a le rendre directif en reprenant des recherches réalisées au cours des années 1960 sur la distorsion des ultrasons par l'eau. L'étudiant F. Joseph Pompei au Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l'étudiant F. Joseph Pompei a perfectionné son système baptise "spot audio" capable de générer un rayon d'ultrason qui produit a son tour, a l'aide de combinaisons de fréquences appropriées, des sons audibles se propageant ainsi dans une seule direction. Le "rayon sonore" atteint une précision de trois degrés. 
( source : RTFLASH )

Journal

Le 28/06/2011 , 7 heures 59 . Avec leur dispositif acoustique picoseconde , ils sont capables de générer  et de focaliser de manière extrêmement précise sur le corps un faisceau d'ultrasons et des ondes sonores .

La caractéristique principale du son est de se propager dans toutes les directions. Cependant, un inventeur a réussi a le rendre directif en reprenant des recherches réalisées au cours des années 1960 sur la distorsion des ultrasons par l'eau. L'étudiant F. Joseph Pompei au Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l'étudiant F. Joseph Pompei a perfectionné son système baptise "spot audio" capable de générer un rayon d'ultrason qui produit a son tour, a l'aide de combinaisons de fréquences appropriées, des sons audibles se propageant ainsi dans une seule direction.
( source : RTFLASH )

lundi 27 juin 2011

LA TÉLÉDÉTECTION

1. DÉFINITION.

Le mot télédétection (en anglais « remote sensing ») désigne l'ensemble des techniques qui
permettent d'étudier à distance des objets ou des phénomènes.

 Le terme de télédétection a été introduit officiellement dans la langue française en 1973 et sa définition
officielle est la suivante :
« Ensemble des connaissances et techniques utilisées pour déterminer des caractéristiques
physiques et biologiques d’objets par des mesures effectuées à distance, sans contact matériel
avec ceux-ci. »           Commission interministérielle de terminologie de la télédétection aérospatiale, 1988.

La télédétection englobe tout le processus qui consiste à capter et enregistrer l’énergie d’un rayonnement électromagnétique émis ou réfléchi, à traiter et analyser l’information qu’il représente, pour ensuite mettre en application cette information.Le "rayon sonore" atteint une précision de trois degrés.
( source : Claude Kergomard )

Radar à synthèse d'ouverture


Un radar à synthèse d'ouverture (RSO) est un radar imageur qui effectue un traitement des données reçues afin d'améliorer la résolutionen azimut. Le traitement effectué permet d'affiner l'ouverture de l'antenne. On parle donc de synthèse d'ouverture. D'où le nom de ce type de système.
Les radars à synthèse d'ouverture sont donc à opposer aux "radars à ouverture réelle" (RAR ou real aperture radar en anglais) pour lesquelles la résolution azimutale est simplement obtenue en utilisant une antenne d'émission/réception possédant un lobe d'antenne étroit dans la direction azimutale.
L'abréviation anglo-saxone SAR (Synthetic Aperture Radar) est fréquemment utilisée pour désigner ce type de radar.
On distingue deux grandes familles de RSO :
  • les RSO mono statiques pour lesquels une seule antenne est utilisée en émission et réception
  • les RSO bi ou multi statiques pour lesquels des antennes différentes sont utilisées en émission et réception

Principe

Principe de fonctionnement du RSO. Le point P est illuminé plusieurs fois par le radar en mouvement.
L'antenne du radar est fixée sur une face latérale d'un porteur (avion ou satellite). Elle a une ouverture azimutale assez grande (plusieurs degrés) dans la direction du mouvement et latéralement elle peut aller de l'horizon à la verticale ce qui donne une résolution assez faible. Le temps de retour des échos s'effectuant à différents temps selon leur distance au radar, on peut donc obtenir une image grossière du sol si on ne sonde que dans une direction fixe1.
Comme le radar se déplace, le même point est cependant illuminé plusieurs fois, on obtient une série de données pour chaque point sous le radar. En combinant la variation d'amplitude et de phase de ces retours, le traitement de synthèse d'ouverture permet d'obtenir des images des zones observées comme si on utilisait une large antenne à très grande résolution1. Comme le traitement se fait partransformée de Fourier, il est en général calculé en postraitement ou en traitement à distance par un ordinateur puissant.

Explication

En fait l'antenne du radar est relativement petite et donc du sol un signal qui est la résultante, en amplitude et phase, de tous les échos générés par tous les points éclairés par l'impulsion émise : l'intégrale (au sens mathématique du terme) de l'espace éclairé. Le signal reçu est donc UN point de la transformée de Fourier du sol éclairé. Comme le radar se déplace avec son porteur, avion ou satellite, il reçoit d'autres points de cette transformée. Il suffit d'enregistrer tous ces points et d'en faire ensuite la transformée inverse pour reconstituer une carte de réflectivité du sol en deux dimensions (2D).
On peut ainsi à l'aide d'un ordinateur faire pivoter le paysage et le voir sous tous les angles comme le voyait le pilote du radar aéroporté quand il survolait le terrain. Le résultat est cependant dépendant de deux hypothèses :
  1. Il faut que le vol du porteur soit parfaitement stable : vitesse constante, altitude constante, etc. Facile à obtenir pour un satellite, mais plus difficile pour le vol d'un avion soumis aux turbulences atmosphériques ;
  2. Il faut que la stabilité des oscillateurs de démodulation du signal soit parfaite pour assurer une relation de phase correcte entre tous les signaux reçus pendant le passage sur une zone. Relativement facile aujourd'hui pour un équipement fixe, plus difficile quand il s'agit d'équipements aéroportés.
Avant le développement des ordinateurs récents, on utilisait une technique holographique pour traiter les données. Un patron holographique d'interférences, ayant une échelle de projection donnée par rapport au terrain (ex. 1:1 000 000 pour un radar de 0,6 m de résolution), était produit à partir des données brutes du radar. Une fois le terrain illuminé par un laser ayant le même rapport d'échelle, la résultante était une projection du terrain en trois dimensions, un peu comme une projection stéroscopique.

Applications simples

Cependant, pour les applications les plus simples, la donnée de phase est rejetée et on obtient ainsi une carte plane en deux dimensions de la zone sondée.

Applications plus complexes

Polarimétrie

Plusieurs images simultanées sont générées en utilisant des faisceaux polarisés différents, habituellement orthogonaux2. Comme les cibles rencontrées (sol, feuillage, édifices, etc.) ont des propriétés polarisantes différentes, l'intensité venant des différentes ondes va varier avec le type de cibles rencontrées (matériaux, formes, mécanismes de "rebonds"). On étudie alors les différences d'intensité et de phases entre les images générées à partir de ces différentes polarisations pour en déduire des paramètres descriptifs de la scène imagée. On peut ainsi rehausser les contrastes de certains détails non visibles sur des images classiques (non polarimétriques), ou déduire des propriétés de la cible telles que le type de végétation3.

Interférométrie

On utilise simultanément deux radars à synthèse d'ouverture, ou bien le même radar est utilisé à des instants différents. On étudie alors les différences de phase point à point des images générées pour retrouver la dimension verticale du terrain4. On parle alors de SAR interférométrique ou InSAR.
Cette méthode permet de générer des modèles numériques d'élévation, ou bien, en soustrayant un modèle numérique de terrain, de mesurer des déplacements centimétriques dans les zones où le signal reste cohérent (Interférométrie radar différentielle) La cohérence des zones dépend de la géométrie d'acquision des images radars, mais aussi de la nature de la zone: en bande C (ENVISATRadarsat) les zones urbaines sont généralement adaptées au traitement InSAR tandis que les zones couvertes de végétations sont incohérentes.

Radargrammétrie

Basée sur le principe de la stéréoscopie, la radargrammétrie consiste à reconstruire le relief à partir de deux images radar de la même zone, acquises avec des angles de visée différents. Moins précise que l'interférométrie, cette méthode est toutefois moins contraignante concernant les conditions d'acquisitions5.
( source : Wikipédia )

Journal

Le 27/06/2011 , 9 heures 15 . Ce matin vers 5 heures , impact puissant sur un pied ( force électromagnétique focalisée en un point précis  ) , pendant environ une minute la douleur a été très forte .     

dimanche 26 juin 2011

Désintégration simple

Lors d'une désintégration simple, l'élément radioactif subit différents modes de désintégration : il peut émettre un rayonnement αβ+ ou β-, et se transforme en un autre élément appelé produit de désintégration. Le rayonnement α consiste en l'émission d'un noyau d'hélium, constitué de deux neutrons et deux protons ; le rayonnement β- consiste en l'émission d'un électron (chargé négativement) ; le rayonnement β+ par celle d'un positron (ou anti-électron, chargé positivement).
( source : Wikipédia )

Radioactivité due aux rayonnements


Analyse graphique de la radioactivité
Durée d'acquisition : 5 minutes
Lieu de la mesure : dans le milieu ambiant du logement
Appareil de mesure : Geiger Müller   Jeulin

Effets biologiques d’une exposition

Le transfert d’énergie des rayonnements ionisants à la matière vivante est responsable des effets biologiques de ces rayonnements. Cette ionisation affecte les cellules des tissus ou des organes exposés, de sorte que les processus biologiques des cellules sont perturbés. Cela peut conduire à :
 l’ionisation des molécules (radiolyse), modifiant leurs propriétés chimiques. Les constituants chimiques de la cellule vivante ne peuvent plus alors jouer leur rôle.
 l’altération de l’ADN, qui a un rôle de « chef d’orchestre » dans la vie cellulaire.
Ces lésions de l’ADN sont de plusieurs types, essentiellement des ruptures simple brin et double brins. 


Altérations possibles de l’ADN consécutives à une exposition à des rayonnements ionisants

Un système de réparation enzymatique dans la cellule permet de réparer rapidement les lésions de premier type (ruptures simples brins). Dans les autres cas, la réparation peut être incomplète.
( source : INRS )



Désintégration
Données


    t            A
    s           c/s
 0:00:00 2,000
 0:00:00 1,000
 0:00:01 2,000
 0:00:01 2,000
 0:00:02 2,000
 0:00:03 1,000
 0:00:03 1,000
 0:00:04 2,000
 0:00:04 2,000
 0:00:05 2,000
 0:00:06 2,000
 0:00:06 2,000
 0:00:07 1,000
 0:00:07 2,000
 0:00:08 2,000
 0:00:09 2,000
 0:00:09 2,000
 0:00:10 2,000
 0:00:10 2,000
 0:00:11 2,000
 0:00:12 2,000
 0:00:12 2,000
 0:00:13 1,000
 0:00:13 2,000
 0:00:14 1,000
 0:00:15 1,000
 0:00:15 2,000
 0:00:16 2,000
 0:00:16 2,000
 0:00:17 2,000
 0:00:18 2,000
 0:00:18 1,000
 0:00:19 2,000
 0:00:19 2,000
 0:00:20 2,000
 0:00:21 1,000
 0:00:21 2,000
 0:00:22 2,000
 0:00:22 3,000
 0:00:23 2,000
 0:00:24 1,000
 0:00:24 1,000
 0:00:25 2,000
 0:00:25 2,000
 0:00:26 2,000
 0:00:27 2,000
 0:00:27 2,000
 0:00:28 4,000
 0:00:28 1,000
 0:00:29 2,000
 0:00:30 1,000
 0:00:30 2,000
 0:00:31 2,000
 0:00:31 2,000
 0:00:32 2,000
 0:00:33 2,000
 0:00:33 2,000
 0:00:34 2,000
 0:00:34 1,000
 0:00:35 2,000
 0:00:36 2,000
 0:00:36 1,000
 0:00:37 2,000
 0:00:37 1,000
 0:00:38 2,000
 0:00:39 1,000
 0:00:39 2,000
 0:00:40 2,000
 0:00:40 -0,000
 0:00:41 2,000
 0:00:42 1,000
 0:00:42 1,000
 0:00:43 1,000
 0:00:43 2,000
 0:00:44 2,000
 0:00:45 2,000
 0:00:45 2,000
 0:00:46 1,000
 0:00:46 2,000
 0:00:47 2,000
 0:00:48 1,000
 0:00:48 3,000
 0:00:49 2,000
 0:00:49 1,000
 0:00:50 -0,000
 0:00:51 2,000
 0:00:51 2,000
 0:00:52 2,000
 0:00:52 2,000
 0:00:53 2,000
 0:00:54 2,000
 0:00:54 2,000
 0:00:55 2,000
 0:00:55 2,000
 0:00:56 2,000
 0:00:57 1,000
 0:00:57 2,000
 0:00:58 2,000
 0:00:58 1,000
 0:00:59 1,000
 0:01:00 2,000
 0:01:00 2,000
 0:01:01 2,000
 0:01:01 1,000
 0:01:02 1,000
 0:01:03 3,000
 0:01:03 2,000
 0:01:04 2,000
 0:01:04 1,000
 0:01:05 1,000
 0:01:06 1,000
 0:01:06 1,000
 0:01:07 1,000
 0:01:07 2,000
 0:01:08 1,000
 0:01:09 2,000
 0:01:09 2,000
 0:01:10 2,000
 0:01:10 2,000
 0:01:11 2,000
 0:01:12 1,000
 0:01:12 2,000
 0:01:13 2,000
 0:01:13 1,000
 0:01:14 2,000
 0:01:15 2,000
 0:01:15 1,000
 0:01:16 2,000
 0:01:16 1,000
 0:01:17 1,000
 0:01:18 2,000
 0:01:18 2,000
 0:01:19 2,000
 0:01:19 2,000
 0:01:20 2,000
 0:01:21 1,000
 0:01:21 1,000
 0:01:22 2,000
 0:01:22 2,000
 0:01:23 2,000
 0:01:24 -1,000
 0:01:24 2,000
 0:01:25 2,000
 0:01:25 2,000
 0:01:26 1,000
 0:01:27 2,000
 0:01:27 2,000
 0:01:28 1,000
 0:01:28 2,000
 0:01:29 2,000
 0:01:30 2,000
 0:01:30 2,000
 0:01:31 2,000
 0:01:31 2,000
 0:01:32 2,000
 0:01:33 2,000
 0:01:33 1,000
 0:01:34 2,000
 0:01:34 2,000
 0:01:35 2,000
 0:01:36 2,000
 0:01:36 1,000
 0:01:37 2,000
 0:01:37 2,000
 0:01:38 2,000
 0:01:39 1,000
 0:01:39 2,000
 0:01:40 1,000
 0:01:40 2,000
 0:01:41 1,000
 0:01:42 1,000
 0:01:42 -0,000
 0:01:43 2,000
 0:01:43 2,000
 0:01:44 2,000
 0:01:45 1,000
 0:01:45 1,000
 0:01:46 2,000
 0:01:46 1,000
 0:01:47 2,000
 0:01:48 2,000
 0:01:48 2,000
 0:01:49 2,000
 0:01:49 2,000
 0:01:50 1,000
 0:01:51 2,000
 0:01:51 1,000
 0:01:52 2,000
 0:01:52 2,000
 0:01:53 2,000
 0:01:54 2,000
 0:01:54 1,000
 0:01:55 1,000
 0:01:55 -1,000
 0:01:56 2,000
 0:01:57 2,000
 0:01:57 2,000
 0:01:58 2,000
 0:01:58 2,000
 0:01:59 2,000
 0:02:00 1,000
 0:02:00 2,000
 0:02:01 1,000
 0:02:01 2,000
 0:02:02 2,000
 0:02:03 1,000
 0:02:03 1,000
 0:02:04 1,000
 0:02:04 2,000
 0:02:05 2,000
 0:02:06 2,000
 0:02:06 2,000
 0:02:07 2,000
 0:02:07 1,000
 0:02:08 2,000
 0:02:09 2,000
 0:02:09 1,000
 0:02:10 2,000
 0:02:10 2,000
 0:02:11 -0,000
 0:02:12 2,000
 0:02:12 1,000
 0:02:13 1,000
 0:02:13 3,000
 0:02:14 2,000
 0:02:15 1,000
 0:02:15 2,000
 0:02:16 1,000
 0:02:16 2,000
 0:02:17 2,000
 0:02:18 1,000
 0:02:18 1,000
 0:02:19 2,000
 0:02:19 1,000
 0:02:20 1,000
 0:02:21 2,000
 0:02:21 1,000
 0:02:22 1,000
 0:02:22 2,000
 0:02:23 2,000
 0:02:24 1,000
 0:02:24 1,000
 0:02:25 2,000
 0:02:25 1,000
 0:02:26 1,000
 0:02:27 2,000
 0:02:27 2,000
 0:02:28 2,000
 0:02:28 2,000
 0:02:29 1,000
 0:02:30 1,000
 0:02:30 2,000
 0:02:31 1,000
 0:02:31 2,000
 0:02:32 1,000
 0:02:33 -0,000
 0:02:33 1,000
 0:02:34 2,000
 0:02:34 2,000
 0:02:35 1,000
 0:02:36 -0,000
 0:02:36 1,000
 0:02:37 1,000
 0:02:37 2,000
 0:02:38 2,000
 0:02:39 2,000
 0:02:39 2,000
 0:02:40 2,000
 0:02:40 2,000
 0:02:41 2,000
 0:02:42 2,000
 0:02:42 2,000
 0:02:43 2,000
 0:02:43 2,000
 0:02:44 1,000
 0:02:45 2,000
 0:02:45 2,000
 0:02:46 2,000
 0:02:46 1,000
 0:02:47 2,000
 0:02:48 2,000
 0:02:48 1,000
 0:02:49 2,000
 0:02:49 2,000
 0:02:50 2,000
 0:02:51 2,000
 0:02:51 2,000
 0:02:52 2,000
 0:02:52 2,000
 0:02:53 1,000
 0:02:54 2,000
 0:02:54 1,000
 0:02:55 1,000
 0:02:55 2,000
 0:02:56 1,000
 0:02:57 1,000
 0:02:57 1,000
 0:02:58 2,000
 0:02:58 2,000
 0:02:59 1,000
 0:03:00 2,000
 0:03:00 2,000
 0:03:01 1,000
 0:03:01 1,000
 0:03:02 1,000
 0:03:03 2,000
 0:03:03 1,000
 0:03:04 2,000
 0:03:04 2,000
 0:03:05 1,000
 0:03:06 1,000
 0:03:06 -0,000
 0:03:07 1,000
 0:03:07 1,000
 0:03:08 2,000
 0:03:09 1,000
 0:03:09 2,000
 0:03:10 3,000
 0:03:10 2,000
 0:03:11 1,000
 0:03:12 2,000
 0:03:12 2,000
 0:03:13 2,000
 0:03:13 1,000
 0:03:14 1,000
 0:03:15 2,000
 0:03:15 1,000
 0:03:16 2,000
 0:03:16 1,000
 0:03:17 1,000
 0:03:18 1,000
 0:03:18 1,000
 0:03:19 2,000
 0:03:19 1,000
 0:03:20 2,000
 0:03:21 1,000
 0:03:21 2,000
 0:03:22 1,000
 0:03:22 1,000
 0:03:23 1,000
 0:03:24 2,000
 0:03:24 2,000
 0:03:25 1,000
 0:03:25 1,000
 0:03:26 1,000
 0:03:27 2,000
 0:03:27 2,000
 0:03:28 1,000
 0:03:28 2,000
 0:03:29 1,000
 0:03:30 2,000
 0:03:30 1,000
 0:03:31 2,000
 0:03:31 2,000
 0:03:32 2,000
 0:03:33 1,000
 0:03:33 1,000
 0:03:34 2,000
 0:03:34 1,000
 0:03:35 1,000
 0:03:36 2,000
 0:03:36 2,000
 0:03:37 1,000
 0:03:37 1,000
 0:03:38 2,000
 0:03:39 2,000
 0:03:39 1,000
 0:03:40 2,000
 0:03:40 3,000
 0:03:41 1,000
 0:03:42 2,000
 0:03:42 2,000
 0:03:43 1,000
 0:03:43 1,000
 0:03:44 2,000
 0:03:45 1,000
 0:03:45 2,000
 0:03:46 2,000
 0:03:46 2,000
 0:03:47 4,000
 0:03:48 2,000
 0:03:48 1,000
 0:03:49 2,000
 0:03:49 2,000
 0:03:50 2,000
 0:03:51 1,000
 0:03:51 1,000
 0:03:52 2,000
 0:03:52 3,000
 0:03:53 2,000
 0:03:54 1,000
 0:03:54 2,000
 0:03:55 2,000
 0:03:55 1,000
 0:03:56 2,000
 0:03:57 1,000
 0:03:57 2,000
 0:03:58 4,000
 0:03:58 2,000
 0:03:59 2,000
 0:04:00 1,000
 0:04:00 1,000
 0:04:01 2,000
 0:04:01 2,000
 0:04:02 1,000
 0:04:03 2,000
 0:04:03 2,000
 0:04:04 1,000
 0:04:04 1,000
 0:04:05 1,000
 0:04:06 1,000
 0:04:06 1,000
 0:04:07 2,000
 0:04:07 2,000
 0:04:08 1,000
 0:04:09 1,000
 0:04:09 1,000
 0:04:10 1,000
 0:04:10 2,000
 0:04:11 2,000
 0:04:12 2,000
 0:04:12 1,000
 0:04:13 1,000
 0:04:13 2,000
 0:04:14 1,000
 0:04:15 1,000
 0:04:15 1,000
 0:04:16 2,000
 0:04:16 2,000
 0:04:17 -0,000
 0:04:18 1,000
 0:04:18 2,000
 0:04:19 2,000
 0:04:19 2,000
 0:04:20 1,000
 0:04:21 1,000
 0:04:21 2,000
 0:04:22 2,000
 0:04:22 1,000
 0:04:23 2,000
 0:04:24 2,000
 0:04:24 2,000
 0:04:25 2,000
 0:04:25 2,000
 0:04:26 1,000
 0:04:27 2,000
 0:04:27 2,000
 0:04:28 2,000
 0:04:28 2,000
 0:04:29 1,000
 0:04:30 2,000
 0:04:30 3,000
 0:04:31 2,000
 0:04:31 1,000
 0:04:32 2,000
 0:04:33 1,000
 0:04:33 1,000
 0:04:34 2,000
 0:04:34 2,000
 0:04:35 1,000
 0:04:36 2,000
 0:04:36 2,000
 0:04:37 2,000
 0:04:37 2,000
 0:04:38 2,000
 0:04:39 1,000
 0:04:39 2,000
 0:04:40 2,000
 0:04:40 2,000
 0:04:41 1,000
 0:04:42 2,000
 0:04:42 1,000
 0:04:43 1,000
 0:04:43 1,000
 0:04:44 2,000
 0:04:45 -0,000
 0:04:45 2,000
 0:04:46 2,000
 0:04:46 1,000
 0:04:47 2,000
 0:04:48 2,000
 0:04:48 1,000
 0:04:49 2,000
 0:04:49 2,000
 0:04:50 1,000
 0:04:51 2,000
 0:04:51 2,000
 0:04:52 1,000
 0:04:52 1,000
 0:04:53 2,000
 0:04:54 2,000
 0:04:54 1,000
 0:04:55 2,000
 0:04:55 2,000
 0:04:56 1,000
 0:04:57 2,000
 0:04:57 2,000
 0:04:58 1,000
 0:04:58 3,000
 0:04:59 2,000
 0:05:00 1,000
 0:05:00 2,000
 0:05:01 2,000
 0:05:01 2,000
 0:05:02 2,000
 0:05:03 2,000
 0:05:03 2,000
 0:05:04 2,000
 0:05:04 1,000
 0:05:05 2,000
 0:05:06 1,000
 0:05:06 2,000
 0:05:07 1,000
 0:05:07 1,000
 0:05:08 1,000
 0:05:09 2,000
 0:05:09 2,000
 0:05:10 1,000
 0:05:10 2,000
 0:05:11 1,000
 0:05:12 1,000
 0:05:12 1,000
 0:05:13 1,000
 0:05:13 1,000
 0:05:14 2,000
 0:05:15 1,000
 0:05:15 1,000
 0:05:16 2,000
 0:05:16 1,000
 0:05:17 2,000
 0:05:18 2,000
 0:05:18 2,000
 0:05:19 2,000
 0:05:19 1,000
 0:05:20 2,000
 0:05:21 2,000
 0:05:21 3,000
 0:05:22 1,000
 0:05:22 2,000
 0:05:23 2,000
 0:05:24 2,000
 0:05:24 2,000
 0:05:25 1,000
 0:05:25 1,000
 0:05:26 2,000
 0:05:27 1,000
 0:05:27 1,000
 0:05:28 1,000
 0:05:28 1,000
 0:05:29 1,000
 0:05:30 4,000
 0:05:30 2,000
 0:05:31 1,000
 0:05:31 2,000
 0:05:32 1,000